Freepik.com

Détacher le linge : les erreurs à éviter

Un peu partout sur internet, on vous propose différentes méthodes pour enlever les taches des textiles. Blanc, noir et couleurs, vêtements, linge de maison, tapis, canapé en tissu… Si l’on vous garantit qu’ils redeviendront impeccables, ce n’est pourtant pas aussi simple.

Ce qu’on oublie souvent de vous dire, c’est que, si le nettoyage ne fonctionne pas, vous allez rendre la tache quasiment indélébile ou endommager votre linge de façon irrémédiable. Heureusement, vous pouvez vous épargner ces mauvaises surprises.

Les 6 dangers du détachage

1) Incruster la tache : le premier risque quand on détache du linge, c’est de fixer la tache dans les fibres plutôt que de la faire disparaître. Bien qu’atténuée, ce qu’il en reste sera particulièrement difficile à retirer ensuite…

 2) L’agrandir : si vous frottez directement des taches grasses ou collantes (huiles, beurre, cirage, cambouis, boue…), vous risquez de les étaler. Résultat : la zone à nettoyer sera bien plus étendue qu’auparavant !

 3) Former une auréole : elle peut apparaître si le vêtement n’est pas parfaitement détaché et sur certains tissus, quand on utilise un détachant au lieu de les laver entièrement (tache d’eau sur de la soie, par exemple).

 4) User le tissu : suite à des frottements répétés, il peut s’affiner et prendre un aspect râpé ou écrasé (coton, jean, velours). Les fibres peuvent également s’effilocher et boulocher (laine, mailles synthétiques en acrylique, en polyamide et en polyester) ou bien se fragiliser et casser si la force exercée est trop importante ou si elles sont sensibles à l’eau (viscose, jute).

 5) Le déformer : une forte pression sur des fibres humides peut les étirer et les distendre. Une fois déformées, des matières délicates comme la laine ou la soie auront tendance à rester dans cet état après le séchage.

 6) Faire un trou : cela peut se produire si vous utilisez un produit actif sans le diluer (détachant liquide, eau de javel…) et si vous le laissez poser trop longtemps.

Ce qu’il ne faut (surtout) pas faire

1) Laisser la tache s’installer

Plus la substance “tachante” va rester longtemps sur votre tissu, plus elle va se répandre et pénétrer en profondeur. En séchant, elle va aussi se figer et adhérer encore plus aux fibres (seule la boue est à gratter avant son nettoyage). C’est pour cette raison que les taches anciennes sont plus difficiles à ravoir que les récentes.

 2) Ne pas lire les étiquettes

Avant de détacher un textile, encore faut-il savoir quel type de nettoyage il peut supporter. Entre les tissus lavables à sec, à la main, à basse température, qui doivent être nettoyés en douceur, qui ne tolèrent que le nettoyage professionnel ou qui ne peuvent être blanchis qu’en utilisant des agents oxygénés voire pas du tout, mieux vaut penser à consulter l’étiquette !

 3) Faire chauffer les taches

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la chaleur est à bannir pour le nettoyage de la plupart des taches. Une température élevée va “cuire” la tache, autrement dit, la fixer dans les fibres. Il ne faut donc en aucun cas la laver avec de l’eau chaude, la repasser ou la passer au sèche-linge. Seules des taches fraîches et peu visibles ou de produits lavables (peinture à l’eau, par exemple) peuvent s‘évanouir en allant directement au lave-linge. Veillez tout de même à débuter le cycle par un prélavage.

 4) Tout miser sur le frottage

Que ce soit avec une vieille brosse à dent ou une brosse à main, il est souvent conseillé de frictionner énergiquement une tache pour la faire disparaître. Cette méthode est à éviter pour les textiles délicats et, pour qu’elle fonctionne sans abîmer le linge, la zone doit être préparée. L'idéal est que la tache “se décolle d’elle-même” en la faisant tremper dans un mélange ou en laissant poser un produit suffisamment longtemps. Vous n’aurez qu’à la frotter entre vos doigts et rincer pour qu’elle s’en aille !

 5) Absorber une tache avec du gros sel

Présenté comme un allié, il peut pourtant abîmer le linge et tout particulièrement le coton. De plus, il n’a pas les vertus absorbantes promises alors que du talc, de la farine ou, mieux, de la terre de Sommières seront efficaces pour “boire” les liquides.

 6) Détacher à l’eau de javel

Ce produit irritant et corrosif doit toujours être dilué dans de l’eau et nécessite de porter des gants, de se couvrir le nez et la bouche et d’aérer la pièce en grand. D’autre part, il décolore les tissus, fragilise les fibres du linge et abîme les éléments métalliques des vêtements en aluminium ou en inox. Il peut aussi rendre plus visibles les taches de transpiration quand la protéine contenue dans la sueur s’est mélangée à l’aluminium présent dans un déodorant.

 7) Se servir du même produit pour toutes les taches

Vous connaissez une recette ou un détachant qui fonctionne et vous pensez pouvoir l’utiliser en toutes circonstances ? Détrompez-vous ! Même s’il peut être tentant d’aller au plus simple, ce n’est pas forcément la bonne option. La couleur et la matière de votre tissu sont à prendre en compte, tout comme le type de tache concernée. À chaque fois que ces conditions sont différentes, vous prenez le risque d’incruster la tache et d'altérer votre linge.

 8) Utiliser des produits actifs de façon approximative

Dans certains cas, vous pouvez avoir besoin de produits actifs tels que de l’ammoniaque, de l’eau oxygénée (peroxyde d’hydrogène) ou de l’acide acétique. Comme l’eau de javel, ils doivent être dilués et manipulés avec les mêmes précautions. De plus, leurs propriétés chimiques ne fonctionnent que pour certaines taches, peuvent abîmer certains textiles et avoir un fort pouvoir blanchissant. Mieux vaut donc connaître tous les détails avant d’y avoir recours (nature de la tache, du tissu, dosage, temps de pose…) et vous tourner vers un pressing en cas de doute.

La bonne approche

Face à la diversité de taches et de textiles qui existent, détacher du linge sans commettre d’erreur n’est pas une évidence. Avant de choisir la méthode à adopter, vous devez tout savoir sur la tache à nettoyer (ancienneté, couleur, texture, composition) et du tissu où elle se trouve (couleur, type de fibres, nettoyage possible…). En définitive, il n’existe qu’une règle d’or : mieux vaut opter pour la prudence plutôt que d’abîmer un vêtement auquel vous tenez !