Aide à domicile : une carrière pas comme les autres

Dans la plupart des pays européens, l’âge moyen ne cesse d’augmenter et l'espérance de vie continue de croître d’années en années. La France ne fait pas exception : l’espérance de vie moyenne se situe autour des 80 ans.

Cette dynamique de vieillissement de la population pose des challenges inédits aux pays concernés, qu’ils soient économiques ou sociaux. En effet, on se pose de plus en plus la question de savoir comment les systèmes de retraite et de santé peuvent supporter une telle augmentation de la proportion de personnes âgées.

De plus, le vieillissement d’un pays signifie aussi une population plus fragile, plus dépendante d’une aide pour vivre… Cela amène donc une réflexion sur la place que vont prendre les métiers des services, et plus particulièrement des auxiliaires de vie.

La profession d’aide à domicile est encore assez méconnue : plus qu’un métier, il s’agit d’une véritable vocation avec un quotidien vraiment singulier. Découvrez plus en détail ce que cela signifie d’être auxiliaire de vie

L’aide à domicile : une vocation à part entière

Choisir d’exercer cette profession n’est pas anodin, bien au contraire. À mi-chemin entre un métier social et médical, le travail d’auxiliaire de vie est bien souvent fait par des personnes pleines d’empathie et ayant à cœur d’aider leur prochain. Il s’agit des principales qualités à avoir pour exercer ce métier, ces dernières sont indispensables et assez recherchées par les différents organismes qui emploient des aides à domicile. En France, ce sont 177 000 auxiliaires de vie qui s’occupent des personnes les plus fragiles à leur domicile…

Si ce métier est en très grande majorité exercé par des femmes (à plus de 91 %), des hommes peuvent être appelés pour effectuer des tâches nécessitant une plus grande force physique, ou un patient peut simplement préférer l’aide d’un homme pour certaines tâches plus intimes.

Formation et début de carrière

Les aidants se doivent d’avoir le DEAES (Diplôme d’État d'Accompagnant Éducatif et Social). Ce diplôme d’État du niveau CAP/BEP vise à accompagner au quotidien les personnes en situation de handicap et ne disposant pas ou plus de l’autonomie nécessaire pour vivre seules.

Les détenteurs de ce diplôme sont formés à effectuer un accompagnement adapté à toutes sortes de situations : s’occuper d’une personne âgée, d’une personne en situation de handicap, savoir réagir en situation d’urgence, connaître les bons gestes de tous les jours, etc…

Enfin, les diplômés sont entraînés à fournir un accompagnement psychologique en plus d’une aide pour les tâches du quotidien, s’agissant d’une part très importante de cette profession, comme nous le verrons plus tard.

Après cette formation, il est possible de travailler dans l'accompagnement de la vie en structure collective (maisons d’accueil, foyers de vie, centres hospitaliers spécialisés…) ou bien dans l’accompagnement de la vie à domicile.

Généralement, celles et ceux qui exercent la profession d’aide à domicile commencent en EHPAD ou en maison de retraite : il s’agit bien souvent de l’une des portes d’entrée vers le travail au domicile des seniors. Cette expérience en maison de repos est bien souvent indispensable tant elle permet de connaître les rouages et se familiariser avec l’aide aux personnes âgées. Connaître les différentes tâches à effectuer, apprendre à communiquer et à partager avec les seniors, savoir être à l’écoute de leurs besoins et de manière plus générale, se familiariser avec tous les petits gestes du quotidien d’un aidant.

Le travail d’aide à domicile

Travailler directement au domicile d’une personne âgée ou atteinte d’un handicap, c'est pénétrer dans son quotidien et dans son intimité. Chaque personne est différente et par extension chaque domicile l’est aussi, il est donc important de se familiariser avec l’ensemble des personnes à aider mais aussi leur logement (escaliers, pièces étroites, rangement…).

S’occuper de certaines tâches pour quelqu’un peut s’avérer être gratifiant mais aussi éprouvant, les journées s'enchaînent mais ne se ressemblent aucunement. Selon les cas, les aidants peuvent avoir de multiples missions :

  • le lever et le coucher
  • la toilette
  • la préparation des repas
  • l’entretien ménager des pièces
  • l’accompagnement à l’extérieur pour un rendez-vous ou faire les courses

Il est important de comprendre qu’étant donné que chaque situation est différente, chaque mission l’est aussi. Par exemple, un auxiliaire de vie peut être amené à intervenir chez une personne aveugle, auquel cas il faudra s’adapter et effectuer des tâches spécifiques comme lire le journal ou encore aider à manipuler des objets dangereux (couteaux, etc…).

Mais au-delà de ces obligations, les auxiliaires de vie ont bien souvent un rôle plus important encore : celui d’accompagner et d’apporter un soutien psychologique…

Un soutien moral des plus importants

Le soutien apporté par les auxiliaires de vie n’est pas que pour les différentes tâches que les patients ne peuvent effectuer. En effet, l’accompagnement moral et psychologique qu’offrent les aidants est tout aussi important voire indispensable, et il s’agit de l’un des plus gros aspects de cette profession !

L’aspect émotionnel de ce métier est bien évidemment à prendre en compte, un véritable lien peut se créer entre l’auxiliaire et la personne aidée : confiance et respect sont les maîtres mots de la relation qui lie les deux.
Parfois, le simple fait que l’aidant tienne compagnie à un senior isolé suffit à rendre sa journée bien plus agréable. Les auxiliaires de vie sont conscients de cela et n’hésitent pas à faire des activités variées, partir se promener ou simplement avoir une conversation.

Bien entendu, la situation peut s’avérer difficile pour la personne bénéficiant de l’aide d’un auxiliaire de vie, en particulier si la perte d’autonomie survient du jour au lendemain. En effet, il se peut que les aides à domicile interviennent chez des gens dans la fleur de l’âge qui ont subi un accident ou développé une maladie plus ou moins grave. Dans ces cas, l’aidant doit savoir faire preuve d’empathie sans pour autant rabaisser la personne, il s’agit d’un point important qui est essentiel pour la bonne communication entre les deux.

Il se peut que la personne atteinte d’une perte d’autonomie soit récalcitrante à l’idée d’avoir recours à de l’aide, bien souvent au début des interventions à son domicile. Il est important pour l’auxiliaire d’écouter, de comprendre et d’apporter son soutien en trouvant la bonne attitude pour ne pas vexer ou infantiliser cette personne qui ne souhaite pas recevoir l’aide d’un(e) inconnu(e). L’écoute est une part très importante de cette profession,

Bien souvent, l’auxiliaire de vie forme aussi un lien entre la personne aidée et sa famille. L’aidant peut tenir au courant la famille des progrès effectués et donner des nouvelles dès que possible. Dans bien des cas, l’auxiliaire de vie est considéré comme un membre de la famille et ces derniers comptent sur l’aidant. Dans certains cas, la famille habite loin et il peut s’avérer difficile pour eux de garder contact avec leur proche si ce dernier présente des troubles, l’auxiliaire de vie offre donc cette passerelle entre la famille et la personne assistée, il s’agit d’une partie essentielle du métier.

La profession d’auxiliaire de vie est donc très personnelle, il s’agit d’un métier où la personne rentre dans la vie privée de quelqu’un d’autre, noue des liens et apprend à connaître des gens. Il s’agit d’une vocation qui n’est pas accessible à tous, mais cela peut s’avérer être l’un des plus beaux métiers du monde pour ceux à qui cela convient…

Un métier pas comme les autres

Pour conclure, la profession d’auxiliaire de vie est réellement unique. Les journées ne se ressemblent pas, certains jours peuvent être éprouvants, d’autres peuvent créer de merveilleux souvenirs et il s’agit en règle générale un métier qui ne laisse personne indifférent.

Le lien social créé entre l’aidant et la personne aidée est au centre de cette profession, il s’agit probablement de son aspect le plus important. Au-delà des différentes tâches à effectuer, le soutien moral est ce qui aide le plus les seniors. Voilà pourquoi le métier d’auxiliaire de vie est indispensable dans la vie de centaines de milliers de gens chaque jour en France !


Ajouter un commentaire

Enregistrement des
informations


Merci !

Votre commentaire a été posté. À bientôt !


0 commentaire(s)

Aucun commentaire n'a encore été posté.