Gros Plan Des Mains De Soutien

Auxiliaire de vie : l'être humain avant tout

Le métier d’auxiliaire de vie ne se résume pas seulement à réaliser des tâches “techniques” comme faire les courses, aider à la toilette, accompagner à des sorties extérieures ou encore préparer et donner les repas. Pour pouvoir bien accompagner la personne en difficulté dans son quotidien et dans son intimité, l’auxiliaire de vie doit impérativement posséder un certain nombre qualités humaines fortes.

L’écoute et le dialogue, deux notions essentielles

L’auxiliaire de vie, c’est une oreille attentive au quotidien ! Elle doit prendre le temps de parler mais surtout d’écouter car c’est souvent, pour la personne aidée, l’occasion de raconter son histoire ou bien de se confier sur ses angoisses. Le domicile doit ainsi se transformer en “espace de communication” privilégié.

Véritable soutien moral, c’est aussi bien souvent un excellent moyen de lutter contre l’isolement social des personnes dépendantes qui sont parfois seules chez elles et qui ne reçoivent que très rarement la visite des proches. C’est en les écoutant et en les rassurant à chacun de ses passages que l’auxiliaire de vie parvient à instaurer une relation de confiance et assurer un maintien à domicile plus long.

De plus, grâce à cette mise en confiance, l’auxiliaire de vie parvient plus facilement à effectuer certaines tâches délicates comme les soins de toilette par exemple. Ils sont ainsi considérés sous un autre angle et s'avèrent moins stressants pour la personne dont elle s’occupe.

Soutenir en faisant preuve d’empathie

Chaque personne dont l’auxiliaire de vie prend soin a une histoire différente. Elle est souvent amenée à s’occuper de personnes qui souffrent physiquement et/ou moralement et qui ont besoin qu’on les comprenne pour se sentir mieux. Ainsi, l’auxiliaire de vie doit faire preuve d’empathie à chacune de ses visites et doit savoir se mettre à la place du patient qu’elle vient aider. Elle doit savoir apprécier avec finesse son état, encourager son autonomie, être sensible à son évolution physique et psychique, s’intéresser à sa vie, écouter ses envies et ses besoins ou encore partager des moments de convivialité.

Cependant, faire face à cette grande détresse quotidienne n’est pas toujours facile et demande une réelle force de gestion des émotions. La professionnelle doit être capable de faire preuve d’empathie mais doit aussi savoir prendre ses distances afin de ne pas prendre personnellement tous les malheurs des personnes dont elle s’occupe.

Le devoir de discrétion

La discrétion fait aussi partie des diverses qualités humaines que doit posséder l’auxiliaire de vie. La personne aidée lui fait confiance car c’est une confidente privilégiée. Ainsi, elle est là pour tout entendre mais ne jamais rien répéter. Elle a un devoir de discrétion qui consiste à respecter la personne et à ne pas divulguer la moindre information à son sujet sauf si cette dernière concerne son état de santé ou sa sécurité. De plus, l'auxiliaire doit faire attention à ne pas partager ses propres problèmes avec la personne aidée.

La patience en toutes circonstances

L’auxiliaire de vie doit souvent faire face à des personnes qui ont du caractère ou qui ne sont pas forcément très réactives du fait de leur maladie ou de leur handicap. Il est donc impératif qu’elle sache garder son calme dans toutes les situations qu’elle doit gérer et s'adapter aux différentes personnalités qu'elle rencontre. En faisant preuve de patience, elle gagne la confiance des personnes dont elles s’occupent à coup sûr.

Renforcer et maintenir les liens avec la famille

L’auxiliaire de vie, c’est celle qui assure le relais avec les proches. Ainsi, elle est un point d’appui indéfectible pour les familles et un interlocuteur privilégié. C’est elle qui va favoriser le maintien des liens en leur donnant des nouvelles et leur transmettant les messages que la personne aidée n'arrive plus forcément à transmettre elle-même. Elle est parfois même considérée comme un membre de la famille.


Afin de mettre en place un accompagnement sur le long terme, il est primordial que la confiance règne entre l’auxiliaire de vie et la personne aidée. Pour instaurer un climat positif à chacune de ses interventions, elle doit être en mesure d’apporter du baume au cœur, du soulagement et de la motivation à la personne dont elle s’occupe. En possédant toutes les qualités indispensables pour effectuer ce métier à dimension humaine, la professionnelle est en mesure de mieux connaître la personne et d’assurer une aide de qualité.